Critique du spectacle « Les Mains dans la gravelle »

Critique du spectacle « Les Mains dans la gravelle »

Critique rédigée par Coralie Caron

 

Dernièrement j’ai eu la chance de voir une pièce de théâtre créative interprétée par  un seul comédien, Simon Boulerice,  qui en est également l’auteur. Ce spectacle est produit par L’Arrière Scène et mis en scène par Serge Marois.

C’est l’histoire de Fred Gravel un artiste en art visuel. Un jour, il décide de faire une exposition inspirée par ses 10  ans. Il enfile ses bottes de pluie et revit les moments marquants de son enfance. Il vit dans une tour à logements avec sa mère qui est monoparentale. Il s’amuse à chercher des pierres scintillantes dans le gravier de sa cour. Le spectacle explique comment l’art peut changer une vie.

Le décor ingénieux de Paul Livernois est fait à base de matériaux simples tirés de la vie de tous les jours : boîtes de carton, sacs, roches, rubans, cordes, boîtes de conserve, etc. Il y a même des oiseaux faits en boîtes de jus Oasis!

L’éclairage de Claude Cournoyer peut passer de vif à doux, tout dépend de l’époque. La lumière de différentes couleurs change le gravier en pierres précieuses et brillantes (émeraudes, rubis, etc.).

Simon Boulerice interprète avec brio tous les rôles et son expérience transparaît dans son jeu. Il danse également pendant plusieurs scènes. Il y a différents styles de danse  (la claquette et le gumboots).

Finalement, j’ai adoré la pièce parce qu’elle est drôle et sensible. La danse ajoute des mouvements et de l’action. D’après moi, le spectacle prouve que même à partir de presque rien on peut réaliser de grandes œuvres d’art.

Jeunes critiques culturels