Critique du spectacle Le plus court chemin entre l’école et la maison

Critique du spectacle Le plus court chemin entre l’école et la maison

Cette critique a été écrite par Anabel Lestage, jeune critique culturel de L’Arrière Scène.


Bonjour, il me fait plaisir d’écrire cette deuxième critique des jeunes critiques de L’Arrière Scène.

Cette deuxième pièce que nous avons vue, écrite par Jean-Rock Gaudreault et produite par la compagnie Mathieu, François et les autres…a su captiver le jeune public par la formidable interprétation de Jacinthe Potvin.

La pièce nommée Le plus court chemin entre l’école et la maison est l’histoire d’une « vieille petite fille » qui est allergique aux enfants et ne peut sortir de sa maison.
Cette vieille petite fille raconte l’histoire de sa vie auprès des enfants auxquels elle prête des surnoms et qu’elle observe par sa fenêtre, qui donne sur le plus court chemin entre l’école et la maison.

Ce monologue mis en scène par Jacinthe Potvin et Yves Dagenais sort de l’ordinaire avec une scénographie inhabituelle conçue par Michel Goulet. Les éclairages d’André Rioux suivent parfaitement le jeu de la comédienne. La musique de Catherine Gadouas s’harmonise très bien avec le jeu et le décor de la pièce.

La beauté du personnage, ainsi que la poésie de cette pièce, laissent place à l’imagination et au rêve. Malgré une adaptation à l’histoire, plus difficile au début pour certains, et le public ciblé qui semblait un peu trop jeune pour ce spectacle, la magie du décor et de l’éclairage ont beaucoup impressionné les enfants.

Le costume et les accessoires de la comédienne, faits par Ginette Grenier, tout comme le maquillage fait par Suzanne Trépanier, ont contribué à rendre le personnage attachant.

Ce qui est très intéressant dans ce spectacle, c’est la façon dont Jacinthe Potvin joue avec le décor de la maison et captive l’attention du public.

Selon notre âge et notre personnalité, on peut voir le spectacle de différentes manières, puisque ce monologue fait souvent appel à notre imagination.

Les enfants se sont vraiment laissés transporter dans l’univers merveilleux de Félicia, qui nous fait réfléchir sur certains mystères de la vie.
Les petites anecdotes dans son histoire ont beaucoup ajouté à la pièce. Les histoires de son beau Dagobert et celle des deux amoureux, ont intéressé les enfants, qui voulaient en savoir plus.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé ce spectacle hors du commun. Le jeune public qui assistait au spectacle aussi.

Anabel Lestage, 14 ans

Jeunes critiques culturels