Critique du spectacle « Des pieds et des mains »

Critique du spectacle « Des pieds et des mains »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Clémentine Boisvert

 

Je voudrais commencer cette critique en disant que ce spectacle était éblouissant et qu’il est mon préféré jusqu’à maintenant. Le texte de cette pièce de théâtre est écrit par Martin Bellemare. Il est drôle et fascinant. Ses mots étaient colorés.

La mise en scène de Marie-Ève Huot est splendide. Le début est mystérieux. Et les quarante minutes que j’ai passées à regarder cette oeuvre m’ont semblé très courtes. J’aurais pris plus de ce duo, surtout pour la mise en scène. Les acteurs sont géniaux! C’est amusant de les voir et ils sont plutôt bons danseurs. Je vais y revenir.

Les costumes d’Elen Ewing sont fabuleux. À l’image du texte, ils sont colorés. Mais tout en douceur. C’est un élément très important du spectacle. La scénographie par Patrice Charbonneau-Brunelle m’a émerveillée. La chorégraphie des mains m’a laissée bouche-bée. Tant de synchronisme et de rythme!

L’effet de la lumière et aussi des noirs est splendide. Cette pièce n’est pas comme les autres! La musique par Larsen Lupin a un effet à la fois lourd et léger. Par exemple: elle appuie les moments, ou les personnages joyeux. Tandis que quand les personnages des inspecteurs arrivent, la musique donne une atmosphère menaçante, où on en sent presque le poids sur nos épaules.

Ce spectacle est extraordinaire et je le conseille fortement à tous ceux qui sont amateurs de théâtre visuel. Cette pièce est magique!

Critique du spectacle « Dans ma maison de papier »

Critique du spectacle « Dans ma maison de papier »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Lucie-Maud Pelletier

 

«Allume!» «Éteins!» répètent ainsi les deux personnages féminins de la pièce «Dans ma maison de papier j’ai des poèmes sur le feu», coproduite par Les deux mondes, par Festival Les Coups de Théâtre et par la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles. Je débute donc en vous «allumant» sur cette pièce car elle est complexe et demande réflexion.

Tout commence avec deux femmes: Aimée et Emma, interprétées par Marie-Pier Labrecque et  Louise Laprade, dont le jeu était bien senti. L’une jeune et vive. L’autre, calme et âgée. «C’est le temps qui change» dit Emma. Chaque parole dite si poétiquement par les personnages vient nous toucher grâce au texte de Philippe Dorin. On y croit totalement. La femme sage et la petite fille étaient habillées de la même façon (costumes de Geneviève Lizotte).  Elles jouent autour d’un étrange balcon pivotant, seul élément de décor de la magnifique mais sobre mise en scène d’Eric Jean.

Emma et Aimée sont suivies de près par un mystérieux homme en noir, joué par Michel-Maxime Legault et ses doublures, qu’on identifie plus tard comme étant la mort. «Tu vas mourir», dit la mort à Emma, la vieille dame. Outre cela, la dispute de l’interrupteur entre les deux personnages se poursuit durant une bonne partie de la nuit. Il faut allumer souvent car Aimée, qui dort avec Emma, veut s’assurer que cette dernière ne disparaisse avec l’homme étrange durant son sommeil. Mais Emma a besoin qu’on éteigne pour qu’elle puisse partir avec la mort sans qu’Aimée ne s’en rende compte.

Le mystère que dégage la pièce est encore plus réussi avec les éclairages de Martin Sirois. Le tout, accompagné de la musique de Laurier Rajotte, parait assez troublant d’après les réactions du public autour de moi. Bien des enfants et adultes sont sortis de la salle en disant n’avoir rien compris ou en étant confus. En discussion après le spectacle, Philippe Dorin, l’auteur de la pièce, a dit au public présent que c’est une question de point de vue. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise analyse de l’œuvre.

Bref, malgré un sujet peut-être un peu «compliqué» pour un public à partir de 8 ans, la pièce s’est avérée très intéressante et mystérieuse. Emma et Aimée étaient-elles la même personne? Laquelle des deux était vraiment destinée à mourir? Voyez par vous- même! Ce spectacle mérite quand même d’être vu!

Critique du spectacle « Déjà au début »

Critique du spectacle « Déjà au début »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Clémentine Boisvert

Je suis impressionnée par cette pièce tout en images et en sons. L’actrice qui jouait le rôle d’aventurière au milieu de ce décor imaginatif se nomme Liliane Boucher. Ce spectacle solo à été réalisé par Jean-François Guilbault. Un grand bravo à ces deux jeunes gens et à la compagnie Samsara Théâtre pour cet exploit!

Bien sûr, il n’y a pas seulement deux personnes qui ont travaillé pour ce spectacle. Sans l’éclairage sublime, le spectacle ne serait plus le même. Un gros merci à Cédric Delorme-Bouchard pour cet éclairage magnifique et précis.

Le décor était fort original et j’ai adoré devoir passer par le petit chemin en arrière pour voir les animaux aquatiques (pas des vrais bien sûr!). C’était, certes, très créatif d’avoir pensé à cette idée géniale.

Aussi, j’ai apprécié que le décor (qui était fait de tuyaux de carton qui variaient en grandeur et en épaisseur) pouvait se démonter. J’explique: à un moment dans la pièce, l’actrice déplace un tuyau qui émet des sons du monde extérieur. Ici, c’était le son de l’eau. Elle a soulevé le tuyau, l’a placé sur le dessus d’un autre et a sorti un grand drap qui représentait l’eau. À l’aide d’une projection, nous eûmes immédiatement l’impression d’être sous la mer. J’ai adoré ce moment. Cassandre Chatonnier a fait du beau travail!

Cette pièce est parfaite pour alimenter l’imagination de votre enfant parce que la pièce est comme une chorégraphie. Tout au long je n’ai entendu aucun mot, seulement des petits sons de surprise, des petits cris, ou des bâillements. Ce spectacle était tout en images et en sons. C’était différent et très apprécié par les enfants. Ils écoutaient religieusement, avec attention et respect, tout au long de la pièce.

En parlant d’écoute, la musique avait un effet réconfortant et en même temps, elle nous poussait à être attentifs. J’ai eu un coup de foudre au moment où l’actrice avait une baguette dans les mains et  jouait de la musique avec les morceaux circulaires de carton. Chaque morceau représentait un son, et à la fin de cette scène, tous les sons formaient une musique. C’était un moment magique pour les jeunes enfants, mais j’avoue que ce l’était aussi un peu pour nous les grands, surtout grâce à la parfaite synchronisation de toutes les techniques utilisées.

À la fin du spectacle, il y a eu un moment plutôt émouvant où le personnage sort à l’arrière du décor.  Les lumières s’allument sur elle tandis qu’elle salue tout le monde. Ce moment représentait pour moi qu’elle était enfin prête pour partir vers le vrai monde, même si elle tenait à cet endroit mystérieux. Quand la pièce fût terminée, j’ai aimé que l’actrice entre en contact avec les jeunes enfants en les laissant émettre des cris d’animaux dans des mini rouleaux de carton qu’elle avait utilisés plus tôt dans ce spectacle multimédia.

Bravo à tout le monde, ce spectacle était merveilleux!

Les Jeunes critiques culturels 2017-2018

Les Jeunes critiques culturels 2017-2018

Jeunes critiques culturels

Les Jeunes critiques culturels 2017-2018 : Marilou Garand, Clémentine Boisvert, Lucie-Maud Pelletier, Saël Imbault, Léa Massé et Coralie Caron.

Les Jeunes critiques de L’Arrière Scène assistent à tous les spectacles de la saison. Ils publient chaque mois dans L’Oeil Régional et sur les ondes de TVR9 Beloeil leur appréciation des spectacles de la programmation de théâtre jeune public au Centre culturel de Beloeil.

Critique du spectacle « Ogo »

Critique du spectacle « Ogo »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Marylou Kingsbury

Ogo est une magnifique pièce du Théâtre des petites âmes. Ce spectacle est très divertissant pour les petits comme pour les plus grands, car on y interagit avec les plus jeunes.

Dans la pièce, trois personnes sont invitées à un voyage par le fameux Ogo. Les trois qui ne se connaissent pas vont alors attendre ensemble l’arrivée d’Ogo. Ils vont jouer de la musique, faire de nouvelles rencontres et bien sûr, s’amuser pour passer le temps. Les trois vont rencontrer Ogo mais seulement en étant seul. À la fin de ces rencontres, ils reçoivent chacun une petite boîte qu’ils vont ouvrir à la toute fin. Finalement, la boîte leur apprend que le but du voyage  était de rencontrer de nouveaux amis et de s’amuser.

Ogo est interprétée par trois incroyables comédiens : Patrick Beauchemin, Stéphane Heine et Isabelle Payant. En plus d’interpréter un personnage et de manipuler les marionnettes, ils ont joué de la musique et chanté. Des artistes aux talents multiples! L’idée originale vient d’Isabelle Payant. Les deux autres comédiens ont collaboré, ainsi qu’Anne Brulotte-Légaré.

La pièce a été un énorme succès. Les petits l’ont beaucoup appréciée. Dès l’entrée en salle, on entre dans l’ambiance, puisque l’on monte sur la scène pour pouvoir aller s’asseoir. Pour se rendre, il faut passer à travers une ouverture dans les rideaux, ce qui donne l’impression d’entrer dans un autre monde.

Ils n’y a pas que les plus jeunes qui ont aimé la pièce, les adultes aussi, car voir ses enfants réagir, rigoler et participer est une expérience plutôt divertissante.

Bref, Ogo est une pièce incroyable tout comme les artistes ayant participé à sa création.

Critique du spectacle « Lettre pour Éléna »

Critique du spectacle « Lettre pour Éléna »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Maude Vincent

 

Lettre pour Éléna est une coproduction du Petit théâtre de Sherbrooke et la [ Parenthèse ] qui nous montre l’art de la danse dans un contexte merveilleux.

Dans cette pièce, les acteurs Marion Baudinaud, Alex-Anne Boucher et Nina-Morgane interprètent trois jeunes filles Frank, Lucie et Aïsha qui s’amusent ensemble à regarder les lettres qu’elles ont reçues de plusieurs personnes. Mais s’apercevant avoir perdu celle reçue de leur meilleure amie Éléna, elles feront tout leur possible pour la retrouver, certaines qu’elle n’est pas très loin.

Cette pièce écrite par Érika Tremblay-Roy et mise en scène par Christophe Garcia et Érika Tremblay-Roy est captivante du début à la fin. Les chorégraphies créées par Christophe Garcia sont MAGNIFIQUES !!

Leurs mouvements sont exécutés parfaitement et nous transportaient dans l’émotion désirée. La musique faite par Ariane Bisson Mcleron, d’après l’œuvre de Franz Schubert, est en parfaite cohérence avec les scènes, par exemple lorsqu’il y a de l’orage, on entend à travers la musique des bruits de tonnerre qui nous mettent dans l’ambiance et rendent la pièce plus vivante et amusante. L’éclairage animé par Andréanne Deschênes est bien choisi pour chaque évènement qui se déroule. J’ai trouvé que les costumes réalisés par Pascal Guéné sont très légers ce qui, selon moi, est idéal pour ce style de pièce.

Cette pièce m’a beaucoup touchée. J’ai eu vraiment l’impression que tout cela était réel. Les actrices font un boulot incroyable ainsi que tous ceux qui  ont participé de près ou de loin à cette pièce. En somme, cette pièce est une vraie réussite et m’a fait découvrir une sorte de théâtre que je ne connaissais pas et j’ai adoré.

Critique du spectacle « Rosépine »

Critique du spectacle « Rosépine »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Marylou Kingsbury

Rosépine est une production du Théâtre Les Amis de Chiffon qui cherche à faire découvrir le monde de la marionnette aux plus jeunes spectateurs.

Dans la pièce, une jeune fille de six ans souhaite réconforter les gens de son pays après le passage d’un tsunami. Lorsqu’elle dort, elle entend des pleurs au loin. Elle se demande d’où ceux-ci viennent, alors elle part à leur recherche. Durant son aventure, elle va faire toutes sortes de rencontres et faire du mieux qu’elle peut pour réconforter les gens sur son passage.

Rosépine est une magnifique pièce de Daniel Danis, mise en scène par Marthe Adam. Le texte parle de belles valeurs comme l’entraide et l’amitié. Il permet aussi aux jeunes de se conscientiser sur les enjeux environnementaux.

Le décor de Marcel Mercier était tout à fait ingénieux! Il a simplement créé une sorte de deuxième scène plus haute et à l’intérieur de la première.  Des valises contiennent tous les décors et les accessoires.

La musique de Guillaume Thibert nous transporte vraiment dans l’univers de l’Asie et va parfaitement avec l’action du spectacle.

Les comédiens Dany Lefrançois, Patrick Simard et Caroline Tremblay sont incroyables. Ils jouent tous plus d’un personnage mais leur voix ne le laisse pas paraitre. Lorsqu’ils manipulent les splendides marionnettes de  Christine Plouffe, ils usent d’une voix différente qui ne porte pas à confusion. Les comédiens exécutent également les chorégraphies de Marie-Josée Paradis avec brio ce qui nous a totalement époustouflés.

La pièce a été beaucoup appréciée par les petits comme les grands et nous a fait rire et sourire. Tout le long de la pièce, nous étions curieux de savoir d’où venaient les mystérieux pleurs. Bref, toute l’équipe a su créer une magnifique ambiance et elle nous a livré une pièce que l’on n’oubliera pas de sitôt!

Critique du spectacle « Et voilà encore un beau dimanche de passé! »

Critique du spectacle « Et voilà encore un beau dimanche de passé! »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Flavie Vézina

Les acteurs reçoivent un tonnerre d’applaudissements et quittent la scène. Le spectacle est fini et le rideau se ferme. Maintenant, il faut tout ranger! Accessoires, marionnettes, déguisements, etc.  À l’aide du régisseur, l’acteur et l’actrice passent une soirée de plus à tout ramasser, mais ce n’est pas fait sans plaisir!

«Et voilà encore un beau dimanche de passé!» nous dévoile un monde où la vie et le théâtre ne font plus qu’un. Dans ce petit monde, musique et folies sont à l’œuvre. Une marionnette ne veut pas retourner dans sa valise, l’acteur fait le mort, le régisseur fait l’acrobate…

Cette pièce est amusante, touchante et intelligente. Elle nous fait réfléchir sur l’importance de faire ce que l’on aime dans la vie et de suivre ses rêves.

Le texte de Philippe Dorin et la mise en scène de Martin Boisjoly ont su faire rire petits et grands. La musique, composée par Louise Beaudoin, animait la salle de bonheur. D’ailleurs, la plupart du temps, les comédiens jouaient eux-mêmes la musique sur scène.

Par contre, si la pièce a été si amusante, c’est surtout grâce au jeu de Joël Da Silva, d’Esther Beauchemin et de Colin St-Cyr Duhamel.  À fond dans leurs personnages, c’était presque impossible de ne pas s’attacher à eux, malgré leurs fréquentes disputes. On avait presque envie de monter sur scène s’amuser avec eux!

Bref, cette pièce saura divertir les enfants tout en leur transmettant une belle leçon de vie!

Critique du spectacle « Jouez. Monsieur Molière! »

Critique du spectacle « Jouez. Monsieur Molière! »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Léonie Huard-Boudreault

C’est l’histoire d’un vieil homme, frénétique et distingué, connu sous le nom de Molière. Il était un auteur audacieux et irrévérencieux. Un jour, un jeune garçon, dont il ignorait encore l’identité, fit surface dans la loge de M. Molière et lui parla de ses ambitions de vouloir devenir un homme comme lui. Après que M. Molière ait compris que le jeune garçon était le prince Louis, le jeune prince demanda seulement à son nouvel ami le droit de pouvoir jouer la comédie, son plus grand rêve. Molière encouragea alors le jeune garçon à faire face à son père et à s’affirmer devant celui-ci.

Une pièce magnifique et touchante écrite par Jean-Rock Gaudreault et mise en scène par Jacinthe Potvin. Tout au long de la pièce je n’ai pas décroché des personnages.  Les comédiens se démarquaient dans leurs jeux, ce qui rendait la pièce très intéressante.

La musique composée par Catherine Gadouas et les éclairages d’André Rioux s’agençaient parfaitement à l’énergie que projetaient les deux comédiens, surtout lorsqu’un des comédiens descendait de scène pour aller s’installer avec le public.

J’ai adoré le décor qui était si ingénieux ! À la fin de la pièce on aurait vraiment dit que Molière se dirigeait vers une seconde scène.  Cela nous donnait l’impression qu’il y avait un deuxième public. Le décor était simple et superbe !

Malgré le langage complexe de Molière et ses mots parfois poétiques, les enfants assis dans la salle avaient tous l’air de trouver la pièce amusante. Par contre les parents, eux , étaient très à l’écoute de cette histoire touchante et touchés par la morale de la pièce.

Une pièce captivante, touchante, qui plaira à toute la famille! Et dont le message est remarquable.

Critique du spectacle « Edgar Paillettes »

Critique du spectacle « Edgar Paillettes »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Lucie Maud Pelletier

La pièce Edgar Paillettes, une création franco-québécoise coproduite et cocréée par La Manivelle Théâtre et l’Arrière Scène, se démarquait de plusieurs autres que j’ai vues. Simon Boulerice a su user d’une magnifique vivacité d’esprit pour exploiter un sujet difficile de l’enfance.

C’est l’histoire d’Edgar Paillettes, un petit garçon autiste très extravagant et «flamboyant», à un point tel qu’il attire toute l’attention et fait sentir son grand frère, Henri, invisible.  Ce dernier désirerait montrer qui il est, mais n’en est pas sûr lui-même.

J’ai adoré la mise en scène de Caroline Guyot et de Simon Boulerice. Elle était si simple mais tellement ingénieuse! Le décor de Patrice Charbonneau-Brunelle était composé de seulement deux garde-robes remplies de vêtements, servant aussi de lits et d’un écran en arrière-plan.  Les costumes, aussi de Patrice Charbonneau-Brunelle, m’ont beaucoup intéressée. Composés d’éléments recyclés, ils se combinaient de façon très originale pour créer des ensembles formidables à Edgar. Henri était vêtu simplement de tee-shirts blancs et le personnage de la fée des dents, d’une robe qui devenait impressionnante avec les éclairages d’Amélie Géhin projetés dessus.

Les enfants de 10 ans et moins ne saisissaient pas nécessairement tous les enjeux psychologiques du sujet (l’autisme). Mais voir Edgar se déguiser tous les jours et taquiner son frère les a fait beaucoup rire. Les réactions du plus jeune public faisaient ressortir les côtés drôles du personnage.  Les adultes en riaient tout autant, mais ils ont versé quelques larmes lors de situations dans la pièce où les enfants ne se comprenaient pas.

Malgré l’aspect plus dur de la pièce, les trois acteurs (Milène Leclerc, Sébastien René et Joachim Tanguay) ont donné vie à un spectacle époustouflant qui a plu à toute la famille. À voir absolument!