Là où on grandit

Là où on grandit

Nouvelles
Louise Saint-Pierre, collaboration spéciale

Avons-nous des souvenirs de ce tout premier lieu de croissance, le ventre de notre mère? Certains disent que oui, la plupart d’entre nous n’en avons pas. Mais les tout-petits, de trois à cinq ans… peut-être ont-ils encore de fortes sensations qui ne demandent qu’à être ravivées. Peut-être.

C’est ce que leur propose Samsara Théâtre, en coproduction avec Art Partage. À partir d’images, de sons, de musiques, d’éclairages, les auteurs Jean-François Guilbault et Liliane Boucher ont cherché à évoquer cette demeure enveloppante et sécurisante qui serait, pour plusieurs, ce qui se rapprocherait le plus du Paradis terrestre.

À l’écoute de leur petite fille et d’autres enfants, les concepteurs du spectacle ont donc créé une ambiance feutrée qui nous ramène à cette création essentielle de la vie, ce séjour plein de merveilles dans le ventre de notre mère, alors que tout nous arrive filtré par le liquide amniotique, la chaleur et le corps de notre maman.

Ainsi, quand tout va bien, parviennent à l’enfant à naître des sensations, des impressions voire des émotions si agréables que nous cherchons sans doute à les retrouver encore et encore quand nous arrivons au monde et grandissons.

La représentation familiale du spectacle Déjà au début affiche complet. Pour en savoir plus à propos de la programmation 2017-2018 de L’Arrière Scène, consultez le www.arrierescene.qc.ca

Recrutement de bénévoles à L’Arrière Scène

Recrutement de bénévoles à L’Arrière Scène

Nouvelles

Vous aimez les enfants et êtes passionnés de culture et de théâtre ? Faites partie de l’équipe des bénévoles Passeurs de L’Arrière Scène. Diverses types d’actions s’offrent à vous selon vos aptitudes et intérêts : assistance et accueil des élèves durant les spectacles, projets créatifs, travail administratif et plus encore! Les besoins de L’Arrière Scène sont variés et peuvent répondre à plusieurs types d’engagement. Des formations ponctuelles en théâtre jeune public et en médiation culturelle sont aussi offertes aux bénévoles qui désirent y participer.

Pour informations communiquez avec Eveline Payette au 450 467-4504 poste 31 ou e.payette@arrierescene.qc.ca

La P’tite Troupe : un pour tous et tous pour un

La P’tite Troupe : un pour tous et tous pour un

Nouvelles
Louise Saint-Pierre, collaboration spéciale

L’Arrière Scène et Anne Bryan poursuivent l’aventure de donner le goût du théâtre, en tant qu’outil de développement,  à deux groupes de jeunes, année après année. Et ça marche très fort.

La P’tite troupe, avec ses jeunes de 8-12 ans et 13-17ans,  nous propose deux spectacles, comme à chaque année, au Centre Culturel. Deux adaptations, très très libres et très éclatées de Blanche Neige pour les plus jeunes et d’Alice au pays des merveilles pour les plus vieux.  Deux spectacles qui seront le résultat de nombreuses heures de travail et de plaisir.

Anne Bryan qui s’occupe des deux groupes depuis de nombreuses années, ne se départit jamais de sa passion pour la scène et les jeunes. Pour elle, le but premier de cette découverte de la scène est d’apprendre un travail collectif, le théâtre ne pouvant réussir que si tout le monde met l’épaule à la roue dans la même direction.

En première partie de saison, jusqu’aux fêtes, les jeunes s’initient au théâtre, aux nécessités de la scène et à ses innombrables techniques, s’ouvrent, s’épanouissent, se disciplinent. Durant une heure et demie pour les plus jeunes, deux heures, pour les plus vieux, tous les samedis. Après les fêtes, le travail sur les spectacles commence. On choisit un texte, on improvise, on y ajoute des extraits de grands classiques parfois, on élabore ensemble, selon les besoins de chacun et du groupe. Car individu et groupe sont intimement liés. Les plus forts aident les plus faibles, les plus grands, les plus petits, afin de souder la troupe en vraie belle gang.

Plusieurs jeunes vivent cette expérience durant des années. Ce n’est pas gratuit, mais aux rencontres du samedi s’ajoutent deux billets pour la représentation familiale de tous les spectacles présentés par L’Arrière Scène au Centre Culturel. Des jeunes sont choisis pour faire la critique de chacune des pièces, que vous pouvez lire dans L’œil régional et regarder sur TVR9.

Blanche Neige et les sept Squeegees, des plus jeunes, sera présenté le samedi 27 mai à 15 h et Au-delà du Miroir, des plus vieux, le dimanche 28 mai à 15 h également. Mises en scène d’Anne Bryan, productions de L’Arrière Scène, au Centre Culturel de Beloeil. Pour réserver vos billets pour le spectacle, 450 464-4772.

 

 

Exposition de photos : 40 ans d’histoire…L’Arrière Scène

Exposition de photos : 40 ans d’histoire…L’Arrière Scène

Nouvelles

Du 15 mars au 12 juin prochain, L’Arrière Scène, centre dramatique pour l’enfance et la jeunesse en Montérégie, vous propose de revivre ses 40 ans d’histoire à travers une exposition de photos, au Parc des Patriotes de Beloeil. Appréciez les créations théâtrales produites depuis 1976 grâce à près d’une centaine de clichés!

L’exposition vous permettra d’entrer dans les différents univers que l’auteur, metteur en scène et directeur artistique Serge Marois a su créer au fil des 29 spectacles qui ont jalonné les 40 années d’existence de L’Arrière Scène. Découvrez ou redécouvrez les personnages et les décors qui ont captivé les jeunes depuis les tout premiers débuts. Mon ami s’appelle Traguille, Je suis un ours, Monsieur Léon, Pacamambo, La robe de ma mère, Tu dois avoir si froid, ne sont que quelques exemples de toutes les œuvres exposées.

À travers chacune des images, vous pourrez apprécier le goût de l’art et de l’imaginaire que transmet L’Arrière Scène à la jeune génération. Apprenez-en davantage sur cette compagnie de chez nous et découvrez à travers elle l’évolution du théâtre jeune public.

40 ans…

La saison 2016-2017 marque les 40 ans de L’Arrière Scène, centre dramatique pour l’enfance et la jeunesse en Montérégie. Depuis quatre décennies, la compagnie se consacre à la création de spectacles, l’accueil de compagnies de théâtre, l’éducation artistique et la formation théâtrale des jeunes de la région. L’Arrière Scène a su tracer sa voie en misant sur l’intelligence des jeunes dans le respect de leur droit à une culture de qualité. Le 40e anniversaire sera célébré lors d’un événement-bénéfice le 7 juin prochain, réservez vite vos billets!

L’exposition extérieure 40 ans d’histoire…L’Arrière Scène sera présentée gratuitement jusqu’au 12 juin 2017, au Parc des Patriotes à Beloeil, situé sur la rue Richelieu, à l’arrière de l’hôtel de ville. Cette exposition est rendue possible grâce à l’appui financier de la Ville de Beloeil et l’implication d’Invitations Beloeil.

Critique du spectacle « Rosépine »

Critique du spectacle « Rosépine »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Marylou Kingsbury

Rosépine est une production du Théâtre Les Amis de Chiffon qui cherche à faire découvrir le monde de la marionnette aux plus jeunes spectateurs.

Dans la pièce, une jeune fille de six ans souhaite réconforter les gens de son pays après le passage d’un tsunami. Lorsqu’elle dort, elle entend des pleurs au loin. Elle se demande d’où ceux-ci viennent, alors elle part à leur recherche. Durant son aventure, elle va faire toutes sortes de rencontres et faire du mieux qu’elle peut pour réconforter les gens sur son passage.

Rosépine est une magnifique pièce de Daniel Danis, mise en scène par Marthe Adam. Le texte parle de belles valeurs comme l’entraide et l’amitié. Il permet aussi aux jeunes de se conscientiser sur les enjeux environnementaux.

Le décor de Marcel Mercier était tout à fait ingénieux! Il a simplement créé une sorte de deuxième scène plus haute et à l’intérieur de la première.  Des valises contiennent tous les décors et les accessoires.

La musique de Guillaume Thibert nous transporte vraiment dans l’univers de l’Asie et va parfaitement avec l’action du spectacle.

Les comédiens Dany Lefrançois, Patrick Simard et Caroline Tremblay sont incroyables. Ils jouent tous plus d’un personnage mais leur voix ne le laisse pas paraitre. Lorsqu’ils manipulent les splendides marionnettes de  Christine Plouffe, ils usent d’une voix différente qui ne porte pas à confusion. Les comédiens exécutent également les chorégraphies de Marie-Josée Paradis avec brio ce qui nous a totalement époustouflés.

La pièce a été beaucoup appréciée par les petits comme les grands et nous a fait rire et sourire. Tout le long de la pièce, nous étions curieux de savoir d’où venaient les mystérieux pleurs. Bref, toute l’équipe a su créer une magnifique ambiance et elle nous a livré une pièce que l’on n’oubliera pas de sitôt!

Critique du spectacle « Et voilà encore un beau dimanche de passé! »

Critique du spectacle « Et voilà encore un beau dimanche de passé! »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Flavie Vézina

Les acteurs reçoivent un tonnerre d’applaudissements et quittent la scène. Le spectacle est fini et le rideau se ferme. Maintenant, il faut tout ranger! Accessoires, marionnettes, déguisements, etc.  À l’aide du régisseur, l’acteur et l’actrice passent une soirée de plus à tout ramasser, mais ce n’est pas fait sans plaisir!

«Et voilà encore un beau dimanche de passé!» nous dévoile un monde où la vie et le théâtre ne font plus qu’un. Dans ce petit monde, musique et folies sont à l’œuvre. Une marionnette ne veut pas retourner dans sa valise, l’acteur fait le mort, le régisseur fait l’acrobate…

Cette pièce est amusante, touchante et intelligente. Elle nous fait réfléchir sur l’importance de faire ce que l’on aime dans la vie et de suivre ses rêves.

Le texte de Philippe Dorin et la mise en scène de Martin Boisjoly ont su faire rire petits et grands. La musique, composée par Louise Beaudoin, animait la salle de bonheur. D’ailleurs, la plupart du temps, les comédiens jouaient eux-mêmes la musique sur scène.

Par contre, si la pièce a été si amusante, c’est surtout grâce au jeu de Joël Da Silva, d’Esther Beauchemin et de Colin St-Cyr Duhamel.  À fond dans leurs personnages, c’était presque impossible de ne pas s’attacher à eux, malgré leurs fréquentes disputes. On avait presque envie de monter sur scène s’amuser avec eux!

Bref, cette pièce saura divertir les enfants tout en leur transmettant une belle leçon de vie!

Critique du spectacle « Jouez. Monsieur Molière! »

Critique du spectacle « Jouez. Monsieur Molière! »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Léonie Huard-Boudreault

C’est l’histoire d’un vieil homme, frénétique et distingué, connu sous le nom de Molière. Il était un auteur audacieux et irrévérencieux. Un jour, un jeune garçon, dont il ignorait encore l’identité, fit surface dans la loge de M. Molière et lui parla de ses ambitions de vouloir devenir un homme comme lui. Après que M. Molière ait compris que le jeune garçon était le prince Louis, le jeune prince demanda seulement à son nouvel ami le droit de pouvoir jouer la comédie, son plus grand rêve. Molière encouragea alors le jeune garçon à faire face à son père et à s’affirmer devant celui-ci.

Une pièce magnifique et touchante écrite par Jean-Rock Gaudreault et mise en scène par Jacinthe Potvin. Tout au long de la pièce je n’ai pas décroché des personnages.  Les comédiens se démarquaient dans leurs jeux, ce qui rendait la pièce très intéressante.

La musique composée par Catherine Gadouas et les éclairages d’André Rioux s’agençaient parfaitement à l’énergie que projetaient les deux comédiens, surtout lorsqu’un des comédiens descendait de scène pour aller s’installer avec le public.

J’ai adoré le décor qui était si ingénieux ! À la fin de la pièce on aurait vraiment dit que Molière se dirigeait vers une seconde scène.  Cela nous donnait l’impression qu’il y avait un deuxième public. Le décor était simple et superbe !

Malgré le langage complexe de Molière et ses mots parfois poétiques, les enfants assis dans la salle avaient tous l’air de trouver la pièce amusante. Par contre les parents, eux , étaient très à l’écoute de cette histoire touchante et touchés par la morale de la pièce.

Une pièce captivante, touchante, qui plaira à toute la famille! Et dont le message est remarquable.

Critique du spectacle « Edgar Paillettes »

Critique du spectacle « Edgar Paillettes »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Lucie Maud Pelletier

La pièce Edgar Paillettes, une création franco-québécoise coproduite et cocréée par La Manivelle Théâtre et l’Arrière Scène, se démarquait de plusieurs autres que j’ai vues. Simon Boulerice a su user d’une magnifique vivacité d’esprit pour exploiter un sujet difficile de l’enfance.

C’est l’histoire d’Edgar Paillettes, un petit garçon autiste très extravagant et «flamboyant», à un point tel qu’il attire toute l’attention et fait sentir son grand frère, Henri, invisible.  Ce dernier désirerait montrer qui il est, mais n’en est pas sûr lui-même.

J’ai adoré la mise en scène de Caroline Guyot et de Simon Boulerice. Elle était si simple mais tellement ingénieuse! Le décor de Patrice Charbonneau-Brunelle était composé de seulement deux garde-robes remplies de vêtements, servant aussi de lits et d’un écran en arrière-plan.  Les costumes, aussi de Patrice Charbonneau-Brunelle, m’ont beaucoup intéressée. Composés d’éléments recyclés, ils se combinaient de façon très originale pour créer des ensembles formidables à Edgar. Henri était vêtu simplement de tee-shirts blancs et le personnage de la fée des dents, d’une robe qui devenait impressionnante avec les éclairages d’Amélie Géhin projetés dessus.

Les enfants de 10 ans et moins ne saisissaient pas nécessairement tous les enjeux psychologiques du sujet (l’autisme). Mais voir Edgar se déguiser tous les jours et taquiner son frère les a fait beaucoup rire. Les réactions du plus jeune public faisaient ressortir les côtés drôles du personnage.  Les adultes en riaient tout autant, mais ils ont versé quelques larmes lors de situations dans la pièce où les enfants ne se comprenaient pas.

Malgré l’aspect plus dur de la pièce, les trois acteurs (Milène Leclerc, Sébastien René et Joachim Tanguay) ont donné vie à un spectacle époustouflant qui a plu à toute la famille. À voir absolument!

Critique du spectacle « Le ciel des ours »

Critique du spectacle « Le ciel des ours »

Jeunes critiques culturels

Critique rédigée par Flavie Vézina

Le ciel de Ours est une production du TEATRO GIOCO VITA qui se passionne pour le théâtre d’ombres depuis les années 70 et qui a beaucoup de succès à travers le monde. Cette pièce est inspirée de l’œuvre d’Hemel voor Beer de Dolf Verroen et Wolf Erlbruch.

Un ours veut devenir Papa ours, mais il ne sait pas comment avoir un petit! Par la suite, un petit ourson dont le grand-père ours est décédé veut aller le rejoindre au ciel des ours, où tous les ours sont heureux. Ça fait beaucoup «d’ours» non? Les deux ours ont un point en commun : ils essaient de trouver la réponse à leurs questions existentielles en regardant le ciel.

Cette comédie est un chef d’œuvre qui a fait rire petits et grands. D’ailleurs, le metteur en scène, Fabrizio Montecchi, a su aborder des sujets plus lourds tels que la mort tout en douceur et sans choquer qui que ce soit. Les comédiens, Deniz Azhar Azari et Andrea Coppone, ont su manœuvrer le décor compliqué avec brio. Leur travail demandait beaucoup de précision pour réussir à créer des beaux effets d’ombrage et je leur lève donc mon chapeau. Ils manipulaient des « silhouettes » magnifiques créées par Federica Ferrari et Nicoletta Garioni sous les éclairages habiles  d’Anna Adorno.

Sur la musique d’Alessandro Nidi, les chorégraphies loufoques de Valério Longo étaient époustouflantes et exécutées par les comédiens qui nous faisaient rire de bon cœur. Ils nous faisaient complètement oublier que les accessoires se déplaçaient! Il n’y avait pas de temps morts et nous restions suspendus à la pièce du début à la fin.

Le seul petit bémol que j’ai trouvé à cette pièce c’est l’accent des acteurs. Étant italiens, ils avaient un accent très prononcé qui nous empêchait parfois de bien comprendre ce qu’ils disaient. Malgré cela, la grande majorité des enfants et adultes à qui j’ai parlé m’ont avoué avoir beaucoup aimé la pièce.

Pour résumer, les comédiens étaient excellents, mais tous ceux qui ont travaillé pour monter cette magnifique pièce l’étaient tout autant.