Serge Marois Photo: © Yann Canno

Serge Marois

Auteur, metteur en scène, Serge Marois a assumé successivement la direction artistique de L’Arabesque et de L’Arrière Scène ; son travail, plusieurs fois primé, lui a valu des invitations nombreuses au Québec et à l’étranger. Formé en lettres, séduit par les arts visuels, il a suivi des cours de danse ainsi que des stages de théâtre en Europe et aux Etats-Unis. Poète avant tout, il a écrit une trentaine de pièces, tous publics confondus.

L’absence de formation traditionnelle, donc d’école de pensée précise, lui donne une liberté précieuse dans ses recherches, et c’est tout naturellement que son travail, mené en marge des courants, commence à remettre en question les codes théâtraux. Accordant une grande importance à l’esthétique et à la mise en espace, tablant sur les sons et les couleurs autant que sur les mots, ses spectacles, éclatés, allusifs, parfois sans paroles, jalonnent autant de moments de son histoire personnelle. Il conçoit le théâtre comme une aventure stimulant la sensibilité et l’intelligence ; motivé par la passion de la découverte, il aime convoquer l’inconscient, le sien comme celui du spectateur, et envisage sa démarche comme un long processus dont chaque création marque une étape. Serge Marois a choisi une triple marginalité – le théâtre, d’avant-garde, pour enfants – en endossant le caractère hasardeux de l’entreprise. L’art ne rejoignant pas tout le monde de la même façon ni au même moment, accepter d’en faire suppose que l’on accepte d’explorer l’inconnu ; et cette exploration, menée sous le signe de l’échange et de l’apprentissage, est cela même qui fait de toute proposition artistique, aux yeux de Serge Marois, un moment de vie privilégié entre tous.

Simon Boulerice Photo: © Maxime Leduc

Simon Boulerice

Après des formations en écriture et en interprétation théâtrale, Simon Boulerice décroche, en 2007, son premier rôle dans Stanislas Walter Legrand de Sébastien Harrisson, produit par L’Arrière Scène.

Depuis, sa participation au sein de la compagnie ne cesse de s’accroître. Il a repris un rôle dans La Robe de ma mère de Serge Marois en 2010, puis l’année suivante, il incarne tous les rôles du solo Les Mains dans la gravelle, pièce qu’il a écrite en résidence à L’Arrière Scène.

Au cours de sa jeune carrière, on a salué son travail à diverses reprises. Prix de la création Fringe 2007 pour Simon a toujours aimé danser, prix de poésie Alphonse-Piché 2009 pour son recueil Saigner des dents, cochon du peuple lors du gala des Cochons d’or 2011 pour sa pièce Martine à la plage, prix des lecteurs émergents 2013 pour son roman Javotte.

Trois de ses dernières parutions pour la jeunesse ont été sélectionnées pour les Prix des libraires 2014, un tour du chapeau sans précédent : Un verger dans le ventre (La Courte échelle), Edgar Paillettes (Québec Amérique) et Jeanne Moreau a le sourire à l’envers (Leméac). Pour l’écriture de Tu dois avoir si froid, il a bénéficié en 2012 d’une résidence à La Passerelle à Rixheim en Alsace et d’une deuxième à L’Arrière Scène en 2013.

Il est maintenant codirecteur artistique à L’Arrière Scène aux côtés de Serge Marois, le fondateur. Ce créateur n’a pas fini de nous surprendre.