Conte de la neige pour l’hiver qui s’en vient

Conte de la neige pour l’hiver qui s’en vient

Nouvelles

Philippe Soldevila, auteur et metteur en scène de Conte de la neige, nous propose une histoire d’immigration, proche parente de la sienne.

Né ici de parents espagnols, Octavio a du mal à comprendre la place qu’il occupe à Québec, à l’école et dans sa famille. Ses parents viennent du soleil, de la Catalogne au tempérament fort et fier qui nous a donné Gaudi, Picasso, Dali… Alors que, lui, il aimerait tellement mieux s’appeler Louis Gagnon et aller patiner dans le froid ; ses camarades l’accepteraient plus facilement.

Et, il se sent bien seul. Son père, Joan, est un écrivain qui écrit beaucoup, longtemps, tout le temps. Sa mère est partie en Espagne prendre soin de son père malade. Heureusement pour Octavio, Neus, sa grand-mère paternelle, est là pour tisser les liens indispensables au bien-être de son petit-fils.

Naître en Espagne et naître au Québec, ça n’est pas pareil. Les racines, la culture, l’art de vivre ne sont pas les mêmes. Et naître au Québec de parents espagnols, ça complique davantage les choses. C’est pourquoi, il est essentiel de connaître tout son bagage, le sien, celui de ses parents, celui de ses camarades afin de pouvoir se nommer avec fierté. La fierté du métissage des beautés d’ici et d’ailleurs et de la richesse que cela apporte. Ce qui ne se fait pas sans travailler fort, avec courage et détermination.

Une création du Théâtre des Confettis en collaboration avec le Théâtre Sortie de Secours. Une belle sortie pour les familles et leurs jeunes de huit à douze ans, à moindre coût, puisque L’Arrière Scène offre deux billets pour le prix d’un. Pour réserver vos billets, communiquez avec la billetterie du Centre culturel de Beloeil au 450 464-4772. Pour plus d’informations, consultez le site Internet de L’Arrière Scène au www.arrierescene.qc.ca.

 

 

Louise Saint-Pierre, Collaboration spéciale

Critique du spectacle Toi du monde

Critique du spectacle Toi du monde

Nouvelles

Toi du monde est une pièce ayant pour but de montrer aux jeunes enfants que tout le monde peut passer par-dessus les difficultés dans la vie.

Serge Boulier, l’acteur principal, se sert de plusieurs marionnettes pour créer un petit village sur la scène. Il raconte l’histoire de la vie de tous ses petits personnages pour remonter le moral de son amie, Elle. Serge Boulier est également metteur en scène et auteur du spectacle. Toi du monde s’adressait aux jeunes d’environ 3 ou 4 ans et ce n’était pas une tâche facile de les garder attentifs à ce qui se passait sur la scène. Mais M. Boulier s’est très bien débrouillé en les faisant rire et en restant énergique dans son interprétation.

De la belle musique habitait les moments de silence et Serge Boulier avait un excellent synchronisme avec le musicien Rémi Le Bian. Ça lui permettait de créer quelques effets que les enfants et les parents ont appréciés. Le décor et les marionnettes étaient confectionnés de manière à ce que Serge puisse déployer des ponts entre les maisons, ouvrir des fenêtres, accrocher des marionnettes un peu partout et ouvrir des lumières à l’intérieur des petits bâtiments. Il avait un très bon contrôle des marionnettes et du décor.

Malheureusement, je reste sous l’impression que les enfants n’ont pas tout compris de la pièce. Particulièrement certains sous-entendus dans le texte. J’ai également entendu dire que certains jeunes commençaient à trouver la pièce longue et avaient hâte qu’elle finisse. Cependant on entendait souvent rigoler le public, grâce à l’interprétation de l’acteur tout au long de la pièce. Pour ma part, j’ai bien aimé Toi du monde et je soupçonne que les parents ne se sont pas ennuyés, même si c’était un spectacle pour les tout-petits.

 

Flavie Vézina, 14 ans, Jeune critique de L’Arrière Scène

 

Pour voir la critique publiée dans le journal L’Oeil Régional, cliquez ici

La dernière création de L’Arrière Scène  récompensée

La dernière création de L’Arrière Scène récompensée

Nouvelles

Le 25 octobre dernier, L’Arrière Scène décernait le prix du public et des Jeunes critiques culturels pour la programmation 2014-2015. C’est avec fierté que Serge Marois, directeur artistique de L’Arrière Scène et fondateur de la compagnie, s’est vu attribuer le grand prix des Jeunes critiques culturels et celui du public pour sa dernière création Tu dois avoir si froid de l’auteur Simon Boulerice.  Cette remise de prix venait aussi souligner officiellement le début de la 39e saison de la compagnie.

À la fin de chaque saison, le prix du public est attribué au spectacle qui reçoit le plus grand nombre de votes de la part des spectateurs. Comme le dit Serge Marois, metteur en scène du spectacle Tu dois avoir si froid : « C’est important que notre travail soit reconnu par notre milieu parce que c’est le premier public à qui nous offrons nos créations. C’est aussi celui avec lequel nous tissons des liens privilégiés depuis bientôt 40 ans. » En ce qui concerne le grand prix des Jeunes critiques culturels, L’Arrière Scène ne l’avait pas remporté depuis la création du spectacle Les Mains dans la gravelle en 2010-2011.

Les Jeunes critiques culturels décernent leur prix au spectacle auquel ils ont accordé le plus grand nombre de mentions. Tu dois avoir si froid a récolté les éloges pour l’interprétation, la mise en scène et le texte. La comédienne Marie Bernier, qui incarne le personnage de Morgane dans le spectacle de L’Arrière Scène, est montée sur la scène du Centre culturel de Beloeil dimanche dernier pour recevoir le prix des Jeunes critiques culturels 2014-2015.

Pour une 39e saison consécutive, L’Arrière Scène Centre dramatique pour l’enfance et la jeunesse en Montérégie, reprend ses activités. Lors de la saison 2015-2016 la compagnie présente 9 spectacles jeune public pour les 2 à 17 ans au Centre culturel de Beloeil. Pour plus d’informations à propos de la programmation, consultez le site Internet au www.arrierescene.qc.ca.