Simon Boulerice de plus en plus impliqué à L’Arrière Scène

Nouvelles

En plus de collaborer comme comédien, auteur et metteur en scène avec la compagnie depuis de nombreuses années, Simon Boulerice se joint maintenant  à l’équipe à titre d’adjoint à la direction artistique.

4X62014_Simon_CRÉDITS_MAXIME_LEDUCIl entame cet automne son d’adjoint à la direction artistique à L’Arrière Scène aux côtés de Serge Marois, le 2014_Simon_CRÉDITS_MAXIME_LEDUCfondateur. Depuis 2013, Simon prend part aux décisions de la compagnie en tant que membre du conseil d’administration. Au cours de la prochaine saison, il travaillera aux côtés du directeur artistique et collaborera, entre autres choses, à la programmation 2015-2016, aux demandes de subventions ainsi qu’aux projets de coproductions. Il poursuivra son implication sous différents chapeaux avec la nouvelle création de L’Arrière Scène, Tu dois avoir si froid, dont il est l’auteur. Il travaillera aussi à la diffusion des spectacles, à l’événement-bénéfice ainsi qu’à différents projets relatifs au développement de la compagnie.

Rappelons que Simon Boulerice décrochait, en 2007, son premier rôle dans la production de L’Arrière Scène, Stanislas Walter Legrand de Sébastien Harrisson. Depuis, sa participation au sein de la compagnie n’a cessé de s’accroître. Il a repris un rôle dans La Robe de ma mère de Serge Marois en 2010, puis l’année suivante, il incarnait tous les rôles du solo Les Mains dans la gravelle, pièce qu’il a écrite en résidence à L’Arrière Scène. Au cours de sa jeune carrière, on a salué son travail à diverses reprises. Prix de la création Fringe 2007 pour Simon a toujours aimé danser, prix de poésie Alphonse-Piché 2009 pour son recueil Saigner des dents, cochon du peuple lors du gala des Cochons d’or 2011 pour sa pièce Martine à la plage et le prix des lecteurs émergents 2013 pour son roman Javotte. Trois de ses dernières parutions pour la jeunesse ont  été sélectionnées pour le Prix des libraires 2014, un tour du chapeau sans précédent : Un verger dans le ventre (La Courte échelle), Edgar Paillettes (Québec Amérique) et Jeanne Moreau a le sourire à l’envers (Leméac). Ce créateur n’a pas fini de nous surprendre.